Parce que je t’aime

Je suis maman solo depuis mes 2 mois de grossesse. Ça fait que des phrases comme « tu es vraiment bonne de faire tout ça toute seule » et toutes ses dérivés, je les ai entendu des tonnes de fois.

Je sais, c’était dit avec une sincère gentillesse. Mais j’ai souvent eu l’impression que, dans le fond, j’étais pas si « bonne » que ça.

Parce que j’ai douté, beaucoup. Parce que ce petit bébé n’était pas prévu. Parce que je ne savais même pas si je voulais vraiment des enfants dans ma vie.

J’avais une bonne job, une vie paisible, un revenu plus qu’intéressant, bien que modeste, et je vivais ma passion pour les voyages à 100 milles à l’heure. Quand je voyais un petit bébé dans les bras d’une maman, j’étais attendris comme à peu près toutes les femmes sur la terre, mais 10 minutes dans mes bras et ça suffisait. J’aimais ça, mais j’étais dont pas à l’aise avec ce petit être qui pleure et qui bouge, sans trop savoir quoi faire pour l’apaiser.

J’ai tout de même poursuivis ma grossesse parce que je sentais que ce bout’chou avait été mis sur ma route pour une raison. Une bonne raison, je l’espérais.

Quand ma fille est née, j’ai compris. Elle était là, à me regarder, en espérant que je prennes soin d’elle. Elle avait tout à apprendre. Moi aussi d’ailleurs. Ce n’était pas le bébé des autres, c’était ma fille.

Je n’avais désormais plus de doute : j’en prendrais soin et je déplacerais des montagnes pour elle.

Et à toutes celles qui me demandent maintenant « comment je fais? », je leur répond tout simplement, même après une dure journée : je l’aime et je ne ferais pas autrement.

Je sais aujourd’hui que je suis à la place où je dois être dans ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *